Pourquoi mon enfant mord ?!

Qui n’a pas déjà récupéré son enfant à la crèche ou dans son lieu d’accueil avec une morsure ou pire encore : on vous annonce que c’est votre enfant qui mord !
Pas de panique, il s’agit certes d’un acte agressif et cela peut nous sembler catastrophique, inquiétant et même gênant sur le coup, mais il est important de comprendre ce que peut cacher une morsure d’un jeune enfant et ses causes, pour mieux l’accompagner. Car en effet, les morsures peuvent participer à la construction d’une partie de la personnalité du jeune enfant, qui se distingue peu à peu comme un être à part entière individué.

Les raisons physiologiques

Il est important de noter que des raisons physiologiques poussent nos bambins à mordre et sont tout aussi importantes que les raisons psychologiques.
En effet, vers la fin de sa première année, le jeune enfant a déjà quelques dents et les poussées dentaires, période très désagréable pour un bébé, sont entre autres pour lui un déclencheur de pulsions. Toute pulsion que ressent l’enfant doit être évacuée, ce qui aboutit le plus souvent à un comportement agressif : la morsure.
L’enfant qui souffre de douleur physiologique comme la poussée dentaire ne veut rien d’autre que soulager cette douleur : il va donc porter tout et n’importe quoi à la bouche afin de mordiller et ainsi satisfaire cette pulsion.
Son corps, ses besoins, sa bouche interprètent l’environnement dans lequel il grandit. Sa bouche est ainsi le seul moyen qu’un enfant possède pour appréhender, découvrir et mon extérieur. Elle lui permet aussi de communiquer donc, il va de soi qu’il continuera à l’utiliser.De plus, vers cet âge, l’enfant commence à se déplacer, à expérimenter le « quatre pattes ». Il développera un besoin d’explorer le monde extérieur en expérimentant toutes ses capacités motrices afin de jauger son schéma corporel, ce qui l’emmène à rencontrer l’autre, surtout en collectivité où « tout enfant emprunt à partager est amené à agresser ».
Cela amène évidemment à des frustrations donc à des passages à l’acte. Et lors de ces conflits, le jeune enfant utilise sa bouche en recours de défense.
Notons qu’on observe plus particulièrement des cas de morsures en collectivité essentiellement dans la section des enfants de 1 à 2 ans. Effectivement à cet âge, les enfants n’ont pas encore accès aux mots pour exprimer leur mal être face aux frustrations liées à la collectivité.
Viens après 18 mois la parole, l’opposition, l’affirmation de soi par le « non » … lui aussi source d’agressivité !
C’est de ce besoin d’agressivité, d’après le grand pédiatre Terry Berry Brazelton que l’enfant construit son Moi et devient Soi par rapport à l’autre, loin de la passivité où les adultes qui l’entourent voudraient bien le maintenir… Ce besoin d’agressivité se traduit bien assez souvent par la morsure.
Finalement, la morsure est une facette de l’agressivité qui est à l’origine quelque chose d’inné, qui coexiste avec l’amour. Donc rassurez-vous, l’agressivité fait partie de la vie.

Les raisons psychologiques

Plusieurs psychanalystes et psychologues du XXème siècle abordent la morsure du jeune enfant, comme S.Freud et D.W.Winnicott.
S.Freud explique que la morsure est une suite logique au suçotement et à la trajectoire du désir : à sa naissance, le bébé tète afin de se nourrir, mais il arrive parfois qu’il morde le sein de mère pour satisfaire son désir de ne posséder son objet d’amour que pour lui. Mais en même temps, il veut se venger de sa mère, qui l’a laissé entre deux tétées…
Quant à D.W.Winnicott, contrairement à Freud, l’agressivité ne résulte pas de la frustration. Il admet que le nourrisson peut et a envie de faire mal. Cependant il existe une inhibition des pulsions agressives visant à protéger ce qui est aimé : c’est le pare-excitation.

Selon Martine Le Strat, psychologue clinicienne et psychanalyste, lorsque le pare-excitation est effracté, il va à la recherche d’une « rustine » afin de combler le manque. Dans ce cas, l’enfant peut combler ce manque par la morsure.

Par exemple, un enfant voyant un autre enfant prendre du plaisir avec un jouet peut l’envier, non pas qu’il envie le jouet mais le plaisir qu’il prend à jouer avec cet objet. Il va alors lui prendre des mains en pensant retrouver le même plaisir que l’enfant qui l’avait mais pour se défendre, son pare-excitation étant « effracté », l’enfant va mordre l’autre enfant pour combler ce manque.

Il y a aussi les morsures d’amour… Qui n’en n’a jamais fait à son enfant ? « Tellement je t’aime je te croquerai… » Miriam Rasse, psychologue et directrice de l’association Pickler / Loczy, en parle : pour elle, l’enfant « croque » sa mère pour essayer de garder un morceau d’elle à l’intérieur de lui-même… Seulement à force de faire semblant de croquer d’amour notre bébé, il finit par intégrer ce repère de communication et d’exploration pour tout porter à la bouche : il mordra tout ce qu’il aime !

Que faire lorsqu’un enfant mord ?

Pour reprendre notre exemple, il faut savoir que l’enfant mordu ET l’enfant mordeur ont besoin de soins. Il est inutile de crier sur l’un ou sur l’autre : les deux ont besoin de réconfort.

Pour l’enfant mordu, évidemment il faut le réconforter, mettre des mots sur ce qui vient de se passer, et un petit conseil si vous ne voulez pas que la morsure laisse une grosse trace de dents accompagnée d’un bleu : massez correctement la morsure sous de l’eau froide. Ça fonctionne assez bien ! Vous pouvez aussi mettre un peu de crème de type Arnica sur la morsure et continuer de masser.

Pour l’enfant mordeur : il ne faut pas laisser ce genre de comportement sans réponse de l’adulte car le devoir de l’adulte dans ce cas est d’aider à comprendre ce qui vient de se passer et de mettre des mots sur les ressentis de l’agresseur, afin de le sécuriser dans ses émotions. Et puis, même pour l’enfant mordeur, vous pouvez lui proposer un peu de crème au même endroit que l’enfant mordu (de la crème hydratante suffira, pas besoin d’Arnica !). Il reste évident qu’il faut limiter les passages à l’acte des manifestations agressives et d’adoucir leurs effets en offrant un environnement adapté à l’enfant, qu’on se doit d’accompagner en mettant des mots sur leurs émotions et sur leurs actes.

Pour les familles qui font appel à une nounou à domicile, en faisant confiance à Ma Nounou Select ou une autre agence, croisent plus rarement ce problème de morsure, même si cela peut arriver lors d’une garde partagée. En effet, lors d’une garde à domicile, votre enfant grandit dans son environnement naturel, avec ses jouets, sa chambre, ses habitudes… Contrairement à la vie en collectivité où la morsure est finalement plus largement présente.

Pour conclure, j’espère que toutes ces informations vous apporteront quelques connaissances sur le sujet. Vous pourrez ainsi mieux comprendre le phénomène pour mieux le maîtriser.

Article rédigé par Myriam Soussan, Éducatrice de jeunes enfants

laisser un avis

À propos de nous

Ma nounou select.com est le 1er site de garde d'enfants à domicile créé par une Éducatrice de Jeunes Enfants.
Il met à la disposition des parents un large choix de professionnelles expérimentées rigoureusement sélectionnées.

Contacts

 Email: contact@manounouselect.com
 Facebook: www.facebook.com/manounouselect
 Tel: 07.67.91.91.63
 242, bd Voltaire, 75011 Paris

Newsletter